Forum des prothésistes dentaires belges

lieu d’échanges et de discussions des prothésistes dentaires sur tout sujet technique
 
AccueilCalendrierFAQS'enregistrerRechercherMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Proseries

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Proseries   Mer 9 Juil - 14:23

Le joujou du pauvre (Beau de l'air)

Je veux donner l'idée d'un divertissement innocent.
Il y a si peu d'amusements qui ne soient pas coupables!
Quand vous sortirez le matin avec l'intention décidée de flâner sur les grandes routes, remplissez vos poches de petites inventions à un sol, - telles que le polichinelle plat mû par un seul fil, les forgerons qui battent l'enclume, le cavalier et son cheval dont la queue est un sifflet, - et le long des cabarets, au pied des arbres, faites-en hommage aux enfants inconnus et pauvres que vous rencontrerez.
Vous verrez leurs yeux s'agrandir démesurément.
D'abord ils n'oseront pas prendre; ils douteront de leur bonheur.
Puis leurs mains agripperont vivement le cadeau, et ils s'enfuiront comme font les chats qui vont manger loin de vous le morceau que vous leur avez donné, ayant appris à se défier de l'homme.

Sur une route, derrière la grille d'un vaste jardin, au bout duquel apparaissait la blancheur d'un joli château frappé par le soleil, se tenait un enfant beau et frais, habillé de ces vêtements de campagne si pleins de coquetterie.
Le luxe, l'insouciance et le spectacle habituel de la richesse rendent ces enfants-là si jolis, qu'on les croirait faits d'une autre pâte que les enfants de la médiocrité ou de la pauvreté.
A côté de lui gisait sur l'herbe un joujou splendide, aussi frais que son maître, verni, doré, vêtu d'une robe pourpre, et couvert de plumets et de verroteries.
Mais l'enfant ne s'occupait pas de son joujou préféré, et voici ce qu'il regardait :
De l'autre côté de la grille, sur la route, entre les chardons et les orties, il y avait un autre enfant, sale, chétif, fuligineux, un de ces marmots-parias dont un oeil impartial découvrirait la beauté, si, comme l'oeil du connaisseur devine une peinture idéale sous un vernis de carrossier, il le nettoyait de la répugnante patine de la misère.
A travers ces barreaux symboliques séparant deux mondes, la grande route et le château, l'enfant pauvre montrait à l'enfant riche son propre joujou, que celui-ci examinait avidement comme un objet rare et inconnu. Or, ce joujou, que le petit souillon agaçait, agitait et secouait dans une boîte grillée, c'était un rat vivant !
Les parents, par économie sans doute, avaient tiré le joujou de la vie elle-même.
Et les deux enfants se riaient l'un à l'autre fraternellement, avec des dents d'une égale blancheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mer 9 Juil - 14:32

Les dons des fées (Charme Beau plaire)

C'était grande assemblée des Fées, pour procéder à la répartition des dons parmi tous les nouveau-nés, arrivés à la vie depuis vingt-quatre heures.
Toutes ces antiques et capricieuses Soeurs du Destin, toutes ces Mères bizarres de la joie et de la douleur, étaient fort diverses : les unes avaient l'air sombre et rechigné, les autres, un air folâtre et malin ; les unes, jeunes, qui avaient toujours été jeunes ; les autres, vieilles, qui avaient toujours été vieilles.

Tous les pères qui ont foi dans les Fées étaient venus, chacun apportant son nouveau-né dans ses bras.

Les Dons, les Facultés, les bons Hasards, les Circonstances invincibles, étaient accumulés à côté du tribunal, comme les prix sur l'estrade, dans une distribution de prix. Ce qu'il y avait ici de particulier, c'est que les Dons n'étaient pas la récompense d'un effort, mais tout au contraire une grâce accordée à celui qui n'avait pas encore vécu, une grâce pouvant déterminer sa destinée et devenir aussi bien la source de son malheur que de son bonheur.

Les pauvres Fées étaient très affairées ; car la foule des solliciteurs était grande, et le nombre intermédiaire placé entre l'homme et Dieu est soumis comme nous à la terrible loi du Temps et de son infinie postérité, les Jours, les Heures, les Minutes, les Secondes.

En vérité, elles étaient aussi ahuries que des ministres un jour d'audience, ou des employés du Mont-de-Piété quand une fête nationale autorise les dégagements gratuits.
Je crois même qu'elles regardaient de temps à autre l'aiguille de l'horloge avec autant d'impatience que des juges humains qui, siégeant depuis le matin, ne peuvent s'empêcher de rêver au dîner, à la famille et à leurs chères pantoufles.
Si, dans la justice surnaturelle, il y a un peu de précipitation et de hasard, ne nous étonnons pas qu'il en soit de même quelquefois dans la justice humaine.
Nous serions nous-mêmes, en ce cas, des juges injustes.
Aussi furent commises ce jour-là quelques bourdes qu'on pourrait considérer comme bizarres, si la prudence, plutôt que le caprice, était le caractère distinctif, éternel des Fées.

Ainsi la puissance d'attirer magnétiquement la fortune fut adjugée à l'héritier unique d'une famille très riche, qui, n'étant doué d'aucun sens de charité, non plus que d'aucune convoitise pour les biens les plus visibles de la vie, devait se trouver plus tard prodigieusement embarrassé de ses millions.

Ainsi furent donnés l'amour du Beau et la Puissance poétique au fils d'un sombre dieu, carrier de son état, qui ne pouvait, en aucune façon, aider les facultés, ni soulager les besoins de sa déplorable progéniture.

J'ai oublié de vous dire que la distribution, en ces cas solennels, est sans appel, et qu'aucun don ne peut être refusé.

Toutes les Fées se levaient, croyant leur corvée accomplie; car il ne restait plus aucun cadeau, aucune largesse à jeter à tout ce fretin humain, quand un brave homme, un pauvre petit commerçant, je crois, se leva, et empoignant par sa robe de vapeurs multicolores la Fée qui était le plus à sa portée, s'écria :

" Eh! madame! vous nous oubliez! Il y a encore mon petit ! Je ne veux pas être venu pour rien. "

La Fée pouvait être embarrassée; car il ne restait plus rien. Cependant elle se souvint à temps d'une loi bien connue, quoique rarement appliquée, dans le monde surnaturel, habité par ces déités impalpables, amies de l'homme, et souvent contraintes de s'adapter à ses passions, telles que les Fées, les Gnomes, les Salamandres, les Sylphides, les Sylphes, les Nixes, les Ondins et les Ondines, - je veux parler de la loi qui concède aux Fées, dans un cas semblable à celui-ci, c'est-à-dire le cas d'épuisement des lots, la faculté d'en donner encore un, supplémentaire et exceptionnel, pourvu toutefois qu'elle ait l'imagination suffisante pour le créer immédiatement.

Donc la bonne Fée répondit, avec un aplomb digne de son rang : " Je donne à ton fils... je lui donne... le Don de plaire ! "

" Mais plaire comment ? plaire...? plaire pourquoi ? demanda opiniâtrement le petit boutiquier, qui était sans doute un de ces raisonneurs si communs, incapables de s'élever jusqu'à la logique de l'Absurde. " Parce que! parce que ! " répliqua la Fée courroucée, en lui tournant le dos ; et rejoignant le cortège de ses compagnes, elle leur disait :

" Comment trouvez-vous ce petit Français vaniteux, qui veut tout comprendre et qui ayant obtenu pour son fils le meilleur des lots, ose encore interroger et discuter l'indiscutable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Jeu 23 Oct - 15:30

Sur une foire agricole importante, un groupe de cultivateurs spécialisés en fruits et légumes discutent âprement de l’avenir de leurs produits.
L’un croit dans la culture intensive des pommes, l’autres des poires, l’autre encore des fraises, des poireaux, des choux…etc.
Chacun défend les nouvelles techniques misent au point par les universités, agronomes, ingénieurs, installateurs, automatisations, marchands de pesticides, d’engrais…etc.
Les discussions vont bons trains sur les investissements à faire car les marges sont de plus en plus restreintes.
Misère, personne n’arrive à voir claire sur les tendances à suivre et les bons choix à faire !
Le groupe se retourne alors vers « Jules Chaland» (petit maraîcher du coing) pour avoir son opinion.
Jules de répondre : « Avec mes 90 jours de délais de payement tout m’est bien égale, je vends indifféremment toutes vos salades et fruits divers car je ne vous paye qu’une fois la marchandise vendue et avec nos accords de reprise des invendus pour nourrir vos cochons je n’ai plus aucuns risques. En plus, comme il n’y a qu’un marché à 30km à la ronde la clientèle achète ce qu’il y a dans mes cagots !
Où voulez-vous qu’elle aille ?

Morale de l’histoire !
A trop voir grand on fini par vivre du petit ! Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mer 29 Oct - 9:24

Dans le petit restaurant « Aux trois chefs coqs », trois dames, trois coquines d’un âge mûr, se réunissent comme à l’habitude.
Toutes trois sont semi-grossistes spécialisé dans le textile.
A trois elles représentent un petit volume d’affaire assez coquet et, dans leur région, plutôt que de s’affronter comme concurrentes, elles avaient décidé, depuis belle lurette, d’unir leurs savoirs, expériences et forces, tous les premiers lundi du mois lors de petits gueuletons d’affaires qu’elles appellent joyeusement « Diner qu’on sert ».
Entre les mets fins et derniers cancans, à chaque fois, sur papier, elles rédigent ensemble les dernières tendances, informations, modes, demandes et surtout les demandes auxquelles elles ne purent répondre.
Le brouillon rédigé elles tirent systématiquement à la courte paille celle qui sera la porte-parole, l’interlocutrice auprès d’un ignorant fabricant, les deux autres faisant diversions ou encore : jalouse, charmeuse, intransigeante ou d’autres rôles… selon les nécessités.
Elles avaient constatés qu’en mettant quelques stratégies aux points elles arrivaient à manipuler les fabricants du département à leurs avantages.
Pour vous donner une image, si la porte parole était la proue, individuellement, les deux autres seraient alternativement les voiles ou la cale du navire ! Cabotant ainsi de fabricants en fabricants, chargeant et délestant les cargaisons selon l’offre, la demande et les prix.
Un exemple : si la demande en chemises d’hommes extra-extra-larges est en hausse mais l’offre insuffisante cela fait grimper les prix. Nos trois dames alors anticipent en s'empressant de faire intervenir la porte parole qui fait miroiter chez un fabricant fragilisé une très belle commande de +/-30.000€.
Ensuite, séparément, interviennent les deux autres, parlant comme par hasard du même article au même fabricant.
Le fabricant réconforté par cette potentialité prend d’habitude alors le risque de s’investir, d’engager du personnel et de démarrer une chaîne de fabrication de manière à se trouver dans les conditions de pouvoir répondre à cette demande fortuite. Quelques semaines passent et le fabricant, s’inquiétant de ne plus avoir de nouvelles, téléphone en premier à la porte parole qui se confond en milles excuses, expliquant qu’un de s’est meilleurs clients fait défaut ?
Qu’importe, il tente d’écouler aux deux autres. Etonnant ? Cela met plus de deux semaines avant de pouvoir les atteindre ? Prétextant un voyage à l’étranger et des problèmes familiaux celles-ci demandent à réfléchir. Enervé, au cour des négociations, il propose maladroitement, à l’hésitante première cliente, 30% de remises et à la deuxième, tout aussi indécise, par dépit, 40% de réduction.
C’est alors que 10 jours plus tard, furieuse et folle de jalousie, celles à 30% téléphone car elle a eu vent des 40% octroyés à sa concurrente directe. Outré par de telles pratiques commerciales dans une même région, elle promet de lui faire sa réputation.
Espérant encore limiter les dégâts, confus, notre fabricant sent qu’il perd son marché et fort déçu, en colère et énervé il rappelle, en désespoir de cause, la porte-parole.
Celle-ci joue la dépressive, explique que le marcher est instable, bref que tout va mal… bien qu’une lueur… un nouveau client semble intéressé de travailler avec elle ?
Elle propose qu’il lui fournisse quelques échantillons et lui parle d’une modeste petite commande à cause de ses prix exorbitants et un marché difficile.
Elle ajoute que c’est absolument tout ce qu’elle peut faire pour lui mais que s’il veut discuter elle est à l’écoute….... la négociation se terminera par l’achat de tout le lot au tiers du prix initial, livré sur place pour 10.000€ payable en 120 jours…
Pour le fabricant, tout juste de quoi rentrer dans ses frais et pour nos dames de quoi vendre trois fois plus cher grâce au découragement des fabricants et la maîtrisé de l’offre que leur donne ce stock bon marché.

Le lundi du mois suivant… « Aux trois chefs coqs » !
Chères amies, il parait que pour la saison d’été suivante il se dessine une forte demande de foulards, paréos et colliers de perles porcelaines assortis.
Mon mari (dentiste) me dit qu’un groupement d’artisans (prothésistes) chercheraient à diversifier leurs activités ?

Mesdames… 1.000, 5.000 ou 10.000… colliers ?
Qu’en pensez-vous ?

Au dessert on tire à la courte paille (anciennement « à la bûchette ») … !

lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mar 4 Nov - 11:50

Dans sa région un jeune prothésiste dentaire fait savoir qu’il a l’intention de s’installer à son compte.
Le bruit court vite et trois dentistes de la même région, compères ayant fait ensembles leurs études, bien établis, de renommée et gros travailleurs ayant une grande clientèle, prennent sans hésiter contact avec le jeune homme.
Il est évident que nos trois universitaires ne sont pas sans ignorer qu’au plus il y a d’offres et donc de concurrences dans la région, qu’aux meilleurs sont les prix et jamais en 20 ans ils ne laissèrent passer l’occasion de stimuler l’installation de jeunes débutants prothésistes.
La rencontre se passe bien, les liens se nouent assez vite et le jeune homme, naïf et ignorant, n’en croit pas sa chance.
Les discussions vont bons trains, on parle déjà de l’avenir du jeune homme, on lui conseil de voir grand, d’étudier la maison où il va s’installer, la voiture qu’il doit acheter, s’il pense se marier, s’il veut des enfants, s’il connait tel notaire, tel banquier… etc. et ils lui promettent évidemment de le guider ?
Viennent les conversations plus commerciales, pour ses débuts on lui conseil de casser les prix et d’offrir des délais de livraisons attrayants !
Tout le monde confirmera que pour faire sa place et s’imposer dans une région, qu’il est impératif qu’il fasse des coudes !
Et, bien sûr, pour tous ces bons conseils et promesses VERBALES, qu’il se doit, en remerciement, d’honorer leurs confiances par des tarifs préférentiels et priorités de livraisons exclusives.
Par tant de promesses le jeune homme fou de joie acquiesce à toutes les demandes.
Comme par miracle il était sûr maintenant que son avenir était scellé.

Ce que le jeune homme ignorait… c’est qu’avec un seul des trois dentistes il aurait déjà beaucoup de travail, que pour ces trois compères, après avoir sacrifié des journées de 15h et tout ses weekends pendant des années, qu’il se devrait, sitôt qu’il le pourrait, d’engager du personnel pour le soulager… mais comme les travaux en cours s’échelonnent en moyenne sur deux mois en amont jusqu’à trois mois en aval avant que la facturation ne puisse se faire avec des délais de payements pouvant aller jusqu’à 6, 8 ou même 12 mois, que le personnel est cher, les charges sociales inévitables... etc.... ainsi ferré…. l’heure du soulagement se ferait bien attendre…lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc fery



Nombre de messages : 1005
Age : 53
Localisation : Esneux (LIEGE)
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mar 4 Nov - 20:51

je n'aime pas la fin de cette histoire.........
et, encore moins son début.

_________________
Amis surfeurs et vos souris... Salut,
Marc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ferylabor.be/
Anelli Jonathan



Nombre de messages : 270
Age : 28
Localisation : Wandre (Liège)
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mar 4 Nov - 21:31

je n'aime pas nn plus cette histoire,
cependant il faut admettre que ce texte fait quand même reflechir sur le fait qu'il faut bien reflechir plutot deux fois qu'une à tout avant de se lancer dans l'aventure. Ne pas foncer tête baissé sans se renseigner plus, sur ce qu'il adviendra demain et considéré tout les facteurs en jeu comme important si pas indispensable plutot que de les ignorer ou même de les oublier puis de les voir revenir un beau jour en pleine face quand il est trop tard à ce moment la.

il faut en tirer une lecon je pense sans prendre peur pour autant.
enfin moi et ce que j'en dit ... je debute egalement comme independant donc je suis deja a l'affut du moindre probleme qui pourrait arriver afin de l'eviter ou de le resoudre avant qu'il ne fasse des petits... study study study study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anellijonathan.wifeo.com
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mer 5 Nov - 10:52

marc fery a écrit:
je n'aime pas la fin de cette histoire.........
et, encore moins son début.

Que ce soit positif ou négatif, d'abord je tiens à te remercier d'avoir émis une toute petite opinion sur ce texte.
C'est la première fois qu'on me fait ici un commentaire ? Smile

Tu n'aimes pas cette histoire.
Je suppose que ce n'est pas pour le style mais pour le fond ?

Concernant le fond !
Si l'on considère que notre civilisation commença par la crucifixion à vif d'un jeune homme sur un croix en bois, qu'il s'en suivit des siècles de guerres et révolutions diverses que je ne peux t'énumérer tant il y en a eu, je me dis que la narration de cette petite intrigue est bien loin de faire le poids en mauvaises histoires. lol!


Concernant le style !
Je n'ai bien sûr pas la prétention d'avoir la plume d'un Corneille, Shakespeare, Cervantes ou Rostand mais ni Le Cid, ni Roméo, ni Don Quichotte, ni Cyrano n'eurent une fin bien meilleure et là on parle de sommet de la littérature apprécié de tous... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mer 5 Nov - 10:58

Anelli Jonathan a écrit:
je n'aime pas nn plus cette histoire,
cependant il faut admettre que ce texte fait quand même reflechir sur le fait qu'il faut bien reflechir plutot deux fois qu'une à tout avant de se lancer dans l'aventure. Ne pas foncer tête baissé sans se renseigner plus, sur ce qu'il adviendra demain et considéré tout les facteurs en jeu comme important si pas indispensable plutot que de les ignorer ou même de les oublier puis de les voir revenir un beau jour en pleine face quand il est trop tard à ce moment la.

il faut en tirer une lecon je pense sans prendre peur pour autant.
enfin moi et ce que j'en dit ... je debute egalement comme independant donc je suis deja a l'affut du moindre probleme qui pourrait arriver afin de l'eviter ou de le resoudre avant qu'il ne fasse des petits... study study study study

Que tu aies aimé ou pas je retiens une chose; cette histoire t'a fait réflechir plutot deux fois qu'une... c'était mon but et je te félicite pour ta perspicacité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mar 11 Nov - 11:49

Commémoration du 11 novembre.

Voilà ce dont on est capables...

http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/a4_commune_de_Gerbeviller_Meurthe_et_Moselle.JPG
http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/a4_distillerie_detruite_a_Soissons.JPG
http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/a4_Fort_de_Vaux_apres_une_attaque.JPG
http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/a4_la_cathedrale_dYpres.JPG
http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/a4_les_tranchees_de_Verdun.JPG
http://www.ouest-france.fr/of-photos/2008/11/11/naPL_2369446_1_apx_470__w_ouestfrance_.jpg
http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/cadavres%20au%20Mont%20Haut.JPG
http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/cadavre%20de%20soldat%20cne%20de%20Belleville.JPG
http://bac.d.free.fr/guerre_14_18/a2_attaque_a_Courcelles_Oise_en_1918_-_apres_les_combats.JPG
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Dim 23 Nov - 15:45

Un peu d'histoire... ?

1870

13 juillet

Fâcheuse dépêche d'Ems

A la suite de sa rencontre avec l'ambassadeur de France Benedetti au sujet de la succession au trône d'Espagne, le roi de Prusse Guillaume Ier rend compte de son rendez-vous au Ministre-président Otto Von Bismarck. Il lui adresse depuis Bad Ems un télégramme lui annonçant qu'il ne soutient plus la candidature de son cousin, le prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen au trône d'Espagne. Dès réception du message, Bismarck qui estime que le roi a agi par faiblesse, déforme la dépêche royale en lui donnant un tour belliciste. Il y est écrit que "le roi a refusé de voir l'ambassadeur de France" et qu'il lui a "fait dire qu'il n'avait plus rien à lui communiquer". La France insultée par la dépêche d'Ems déclarera la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870

Napoléon III déclare précipitamment la guerre à la Prusse à la suite de la dépêche d'Ems. Bismarck, qui a besoin d’une guerre pour renforcer l’unité Prussienne et aboutir au IIème Reich, avait déformé les propos de cette dernière pour provoquer Napoléon III. Ce-dernier, loin d’avoir la clairvoyance de son oncle, réagit vivement alors que son armée n’est pas prête. L'alliance germano-prussienne mobilise 800 000 hommes contre seulement 250 000 pour la France. La guerre de 1870 sera expéditive. En un mois et demi, les armées prussiennes captureront Napoléon III à Sedan et marcheront sur Paris.

Octobre 1870
Le dormeur du Val (Artur Rimbaud, sonnet inspiré par la guerre de 1870).

C'est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.


Perte de l’Alsace/Lorraine...

La Commune de Paris dans le XIIIè arrondissement : la journée du 18 mars 1871

La commune, gouvernement insurrectionnel formé après la levée du siège de Paris par les Prussiens et l'installation de l'assemblée à Versailles, fut l'œuvre de socialistes et d'ouvriers qui cherchèrent à gérer les affaires publiques sans avoir recours à l'état. Elle fut renversée au cours de la "semaine sanglante" (21-27mai) par les troupes des "versaillais" de Thiers*. La répression fut très dure avec de nombreuses condamnations à mort sans jugements et avec la déportation en Algérie et Nouvelle-Calédonie pour les "communards".

Quand la commune éclate à Paris le 18 mars Arthur Rimbaud est de tout cœur avec les insurgés (Anarchistes). Il exprime ses sentiments communards dans Chant de guerre parisien.

Je ne demande pas de prières; avec votre confiance seulement, je serai heureux »

La commune des femmes (dites "les pétroleuses)…

Le cour de l’histoire continue…

L’assassina de l’Archiduc François-Ferdinand à Sarajevo 1914 par un anarchiste.

L’Autriche déclare la guerre à la Serbie…
Les Russe déclare la guerre à l’Autriche…
L’Allemagne déclare la guerre à la Russie…
La France déclare la guerre à l’Allemagne…

1914/18
Les taxis de la Marne 1914
La bataille de Verdun 1916
La bataille de la somme 1916

Les suffragettes…

De 1914 à 1918 Hitler s’enrôle comme volontaire… dans les tranchées de Flandre…

Le wagon de l'Armistice dans la forêt de Compiègne 11 novembre 1918

Retour de l’Alsace/Lorraine à la France

Hitler retranché devient Chancelier en 1933

Mai 1940

Le wagon de l'Armistice dans la forêt de Compiègne le 22 juin 1940.

Le 8 mai 1945 fin des hostilités … ?


Avec la grippe Espagnol on peut compter facilement plus de 150.000.000 de victimes

Ne pourrions-nous pas demander à nos dirigeants de faire attention avec les télégrammes et dépêches ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Lun 24 Nov - 12:24

Partie de poker

Connaissant ses trois clients dentistes et ayant fait son petit calcul avant d’aller avec eux au restaurant, le repas terminé, le prothésiste dentaire propose de faire une petite partie de poker.
Les trois compères ayant convenu de mettre la note du restaurant sur le compte de leur sous traitant prothésiste, enivrés, jouent de manières désinvoltes.
Les trois ont joués comme des farfelus et perdent sur le fin de la soirée la modique somme de +/-1.500€.
Le prothésiste se doutant qu'ils avaient eu l'intention de lui faire payer la note, ayant tout gagné, grand seigneur, se propose, bien avant toutes pressions, de payer la facture du gueuleton qui s’éleva a +/- 2.000€.
Un peu renfrognés, à la sortie, les trois clients lui confient, en rigolant, qu’ils avaient de toute façon l’intention de lui faire payer la note et que leur perte ne s’élevait pas à plus que la note du restaurant pour eux trois…

C’est bien pour cela, avoua le prothésiste, que moi de même j’ai triché mais, par honnêteté, arrêté la partie à 1.500€...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Jeu 27 Nov - 10:15

Robert Nyst a écrit:
Un peu d'histoire... ?

1870

13 juillet

Fâcheuse dépêche d'Ems

A la suite de sa rencontre avec l'ambassadeur de France Benedetti au sujet de la succession au trône d'Espagne, le roi de Prusse Guillaume Ier rend compte de son rendez-vous au Ministre-président Otto Von Bismarck. Il lui adresse depuis Bad Ems un télégramme lui annonçant qu'il ne soutient plus la candidature de son cousin, le prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen au trône d'Espagne. Dès réception du message, Bismarck qui estime que le roi a agi par faiblesse, déforme la dépêche royale en lui donnant un tour belliciste. Il y est écrit que "le roi a refusé de voir l'ambassadeur de France" et qu'il lui a "fait dire qu'il n'avait plus rien à lui communiquer". La France insultée par la dépêche d'Ems déclarera la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870

Napoléon III déclare précipitamment la guerre à la Prusse à la suite de la dépêche d'Ems. Bismarck, qui a besoin d’une guerre pour renforcer l’unité Prussienne et aboutir au IIème Reich, avait déformé les propos de cette dernière pour provoquer Napoléon III. Ce-dernier, loin d’avoir la clairvoyance de son oncle, réagit vivement alors que son armée n’est pas prête. L'alliance germano-prussienne mobilise 800 000 hommes contre seulement 250 000 pour la France. La guerre de 1870 sera expéditive. En un mois et demi, les armées prussiennes captureront Napoléon III à Sedan et marcheront sur Paris.

Octobre 1870
Le dormeur du Val (Artur Rimbaud, sonnet inspiré par la guerre de 1870).

C'est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.


Perte de l’Alsace/Lorraine...

La Commune de Paris dans le XIIIè arrondissement : la journée du 18 mars 1871

La commune, gouvernement insurrectionnel formé après la levée du siège de Paris par les Prussiens et l'installation de l'assemblée à Versailles, fut l'œuvre de socialistes et d'ouvriers qui cherchèrent à gérer les affaires publiques sans avoir recours à l'état. Elle fut renversée au cours de la "semaine sanglante" (21-27mai) par les troupes des "versaillais" de Thiers*. La répression fut très dure avec de nombreuses condamnations à mort sans jugements et avec la déportation en Algérie et Nouvelle-Calédonie pour les "communards".

Quand la commune éclate à Paris le 18 mars Arthur Rimbaud est de tout cœur avec les insurgés (Anarchistes). Il exprime ses sentiments communards dans Chant de guerre parisien.

Je ne demande pas de prières; avec votre confiance seulement, je serai heureux »

La commune des femmes (dites "les pétroleuses)…

Le cour de l’histoire continue…

L’assassina de l’Archiduc François-Ferdinand à Sarajevo 1914 par un anarchiste.

L’Autriche déclare la guerre à la Serbie…
Les Russe déclare la guerre à l’Autriche…
L’Allemagne déclare la guerre à la Russie…
La France déclare la guerre à l’Allemagne…

1914/18
Les taxis de la Marne 1914
La bataille de Verdun 1916
La bataille de la somme 1916

Les suffragettes…

De 1914 à 1918 Hitler s’enrôle comme volontaire… dans les tranchées de Flandre…

Le wagon de l'Armistice dans la forêt de Compiègne 11 novembre 1918

Retour de l’Alsace/Lorraine à la France

Hitler retranché devient Chancelier en 1933

Mai 1940

Le wagon de l'Armistice dans la forêt de Compiègne le 22 juin 1940.

Le 8 mai 1945 fin des hostilités … ?


Avec la grippe Espagnol on peut compter facilement plus de 150.000.000 de victimes

Ne pourrions-nous pas demander à nos dirigeants de faire attention avec les télégrammes et dépêches ?
La virginité intellectuelle c’est d’aller au combat en chantant la fleur au fusil !
Rentrant déflorés, parmi les rares survivants, leurs femmes enfin s’abandonnent.
Ah ! S'ils avaient su ?


Dernière édition par Robert Nyst le Dim 14 Déc - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Dim 14 Déc - 14:52

Saviez-vous ?

Marseille !
L'extrémité du Vieux-Port porte le nom de Quai des Belges depuis le 22 janvier 1915, par délibération du conseil municipal « afin de perpétuer parmi nous le souvenir de l'héroïque résistance du peuple belge et de ses souverains (le Roi Albert et la Reine Elisabeth) qui ont permis aux armées Françaises de s'organiser et de faire face à l'envahisseur ».

Le nom « bouillabaisse » et non « bouille à baises » Smile vient de « on porte à ébullition et puis on abaisse, on porte à ébulition et puis on abaisse...et ainsi de suite ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mar 23 Déc - 10:12

Pour terminer une vieille histoire...

Joyeux Noël !

http://fr.youtube.com/watch?v=vh6FL4z9lpQ

http://fr.youtube.com/watch?v=5X-99HqBMLQ&NR=1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Jeu 15 Jan - 15:47

Il me manquait encore ceci Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anelli Jonathan



Nombre de messages : 270
Age : 28
Localisation : Wandre (Liège)
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Sam 14 Fév - 23:19

à l'occasion de la St Valentin( passé depuis 20min lol) je me permet de poster cette phrase que je trouve des plus ... culturelle lol

je la dédie à ma chérie (je dis cela car je sais qu'elle ne viendra pas sur le forum lol):

: "A la st valentin, elle me caresse la main. Vivement la st margueritte..."

sur ce messieurs bonne nuit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anellijonathan.wifeo.com
marc fery



Nombre de messages : 1005
Age : 53
Localisation : Esneux (LIEGE)
Date d'inscription : 11/02/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Dim 15 Fév - 9:20

... qu'elle me fasse des frittes!!

_________________
Amis surfeurs et vos souris... Salut,
Marc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ferylabor.be/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Proseries   Dim 15 Fév - 9:55

Anelli Jonathan a écrit:
à l'occasion de la St Valentin( passé depuis 20min lol) je me permet de poster cette phrase que je trouve des plus ... culturelle lol

je la dédie à ma chérie (je dis cela car je sais qu'elle ne viendra pas sur le forum lol):

: "A la st valentin, elle me caresse la main. Vivement la st margueritte..."


Dis-moi où elle habite???
Revenir en haut Aller en bas
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Dim 15 Fév - 10:04

Je vois qu'on s'agite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Mer 4 Mar - 9:36

Petite histoire authentique… pour ceux qui aiment ?

Dans le blog d’une dentiste celle-ci nous révèle sa joie d’avoir reçu d’un patient, pour bons soins prodigués, un majestueux cadeau constitué de différentes victuailles et vins de son terroir. Razz
Je l'ai félicité et lui avoua quand 40 ans jamais je n’avais reçu le moindre petit cadeau de ma clientèle dentiste ? Sad

Elle me répondit qu’en effet, en tant que prothésiste, nous n’avons jamais le plaisir de voir en bouche le travail terminé ?
D’ailleurs ajoute-elle, dernièrement elle avait invité son prothésiste à venir voir au fauteuil un bridge placé et d’ajouter encore que celui-ci était au ange ! albino

Je lui ai répondu que comme elle je n’étais pas assez naïf pour ne pas préférer un magnum de champagne accompagné d’une petite boîte de caviar pour être aux anges. albino

Je fus directement banni de son blog ! lol!

Quand la vérité éclate les portes claquent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles De Cant



Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 23/04/2008

MessageSujet: Re: Proseries   Jeu 5 Mar - 18:29

Ca devient tout un art de faire claquer les portes à ce que je vois Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Jeu 5 Mar - 19:16

L'art serait de les garder ouverte sans devoir faire le faux-cul ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anelli Jonathan



Nombre de messages : 270
Age : 28
Localisation : Wandre (Liège)
Date d'inscription : 10/11/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Jeu 5 Mar - 22:49

principe du action / réaction.
comme on dit qui si frotte si pique alors à moins d'etre maso ou sur de soit, je ne me tenterai pas au jeu périlleu du tacquinage de dentistes pour ma part.
il ne s'agit pas d'etre comme un mouton dans le troupeau mais de savoir se faire oublier de temps en temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anellijonathan.wifeo.com
tutti-frutti



Nombre de messages : 1837
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: Proseries   Ven 6 Mar - 6:45

J'ai des clients avec lesquelles j'ai moins de pincettes à prendre.
Je les respecte, ils me respectent, ça leur fait honneur !

Suffit d'être bien dans sa peau et de pas se laisser prendre pour un oubli !
En plus c'est bien d'avoir de l'humour et le sens de la dérision.lol!

Tranquilise toi qu'ils ne penseront à toi que pour ramasser les travaux. Very Happy Very Happy
Ce qui est finalement assez normal. Chacun son métier.

Ton explication est sans doute la raison de si peu de membres actifs sur ce forum Very Happy
Ils se font oublier... tout le temps lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Proseries   Aujourd'hui à 10:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Proseries
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des prothésistes dentaires belges :: Salon de thé :: Discussion générale-
Sauter vers: